Répondre à ce conte Répondre à cette lettre
Liste des contes  Liste des contes
Là où l'on se trouve

Là où l'on se trouve

Il était une fois, dans le pays des Monts Verts, un menuisier et sa femme qui avaient quatre enfants, trois fils et une fille.

Le plus jeune, qu'on appelait Jour car ils était très beau, était fort délicat et ne disait mot, et l'on prenait parfois pour bêtise ce qui était une marque de la finesse de son esprit. On se moquait souvent de ce pauvre petit. Cependant, il était le plus fin et le plus avisé des enfants, et si il parlait peu, il écoutait beaucoup.

Lorsque il accompagnait son père à l'atelier, celui-ci lui confiait pour mission de surveiller les outils, ce qu'il accomplissait fièrement, juché sur une chaise haute où il avait une vue d'ensemble de l'atelier.

Mais souvent, malgré tous ses efforts, l'un des outils disparaissait inexplicablement, et le travail du père en était retardé.

Il vint une année très fâcheuse, la famine fut si grande que, malgré le travail du père, il n'y eût bientôt presque plus rien à manger dans la maison familiale, et la tristesse régnait.

Une nuit, où il s'était endormi encore plus triste que de coutume, le petit garçon rêva qu'il devait se rendre à la ville, située à des jours de marche, pour chercher un trésor sous le pont qui mène au palais royal.

Lorsque ce rêve se fut répété pour la troisième fois, le petit garçon décida de se mettre en route sans rien dire à personne.

Il gagna la ville à pied, bravant la peur et le froid. Mais le pont était gardé jour et nuit par des sentinelles, et il n'osa pas creuser à l'endroit qu'il savait.
Il revenait là, cependant, chaque matin , tournant autour jusqu'au soir.

Pour finir, le capitaine de la garde, qui avait remarqué son manége, s'approcha et s'informa, non sans cordialité.
Avait-il perdu quelque chose ou bien attendait-il quelqu'un?

Le petit garçon, mis en confiance, lui raconta le rêve qui l'avait amené jusque là depuis son lointain village et le capitaine éclata de rire:
"Et c'est pour complaire à un rêve, mon pauvre petit, que tu as fait à pied, avec ces semelles trouées, tout ce chemin.
Ah! là là! Si l'on devait se fier aux rêves malheureux ! "

"A ce compte là, j'aurai dû, moi aussi me mettre en campagne après un rêve que j'ai fait et courir à un village lointain, du pays des Monts Verts, chez un menuisier qui a un fils nommé Jour, pour chercher un trésor sous le fourneau !" Ayant dit, il s'esclaffa de nouveau.

Le petit Jour rentra chez lui où tout le monde était dans l'affliction de son départ.
Il déterra le trésor avec lequel il fit bâtir pour son père un atelier qui aujourd'hui encore porte son nom.
Jamais plus aucun outil n'y manqua, et la famine disparut de ce pays.

..............................................................................................

Rachel Cohen

Répondre à ce conte Répondre à cette lettre
Liste des contes  Liste des contes
Rachel COHEN 2004 - All rights reserved